17/04/2015

Les Citroën C-Elysée WTCC retrouvent Marrakech

Les Citroën C-Elysée WTCC retrouvent Marrakech

Plus d’un mois après la manche d’ouverture en Argentine, le Championnat du Monde FIA WTCC se poursuit au Maroc. Empruntant les avenues de la périphérie de Marrakech, le Circuit Moulay El Hassan représente un défi à part entière pour les pilotes. Séparés de cinq points en tête du classement général, José María López et Sébastien Loeb s’étaient imposés sur cette piste il y a un an. Performants en Argentine, Yvan Muller et Ma Qing Hua viseront également la victoire pour ne pas laisser leurs équipiers s’échapper !

Il y a un an, c’est à Marrakech que débutait l’aventure Citroën Racing en FIA WTCC. Dès la première manche, les Citroën C-Elysée WTCC créaient la sensation avec un magnifique triplé : José María López s’imposait devant ses équipiers Sébastien Loeb et Yvan Muller. Dans la course 2, la métamorphose du rallyman en pistard s’opérait, puisque Loeb remportait sa première victoire dans la discipline, quelques longueurs devant López !

Ironie de l’histoire, les résultats du premier meeting 2015 étaient quasiment identiques. À Termas de Río Hondo (Argentine), l’équipe Citroën Total WTCC commençait de nouveau sa saison par un triplé. Vainqueur devant un public tout acquis à sa cause, Pechito López était rejoint par Yvan Muller et Sébastien Loeb sur le podium. Puis Sébastien Loeb se montrait particulièrement inspiré dans le peloton de la deuxième manche, et il s’imposait devant l’idole locale !

« C’est une victoire dont je me souviendrai longtemps et qui démontre que le travail effectué depuis près de deux ans commence à payer », reconnaît Seb. « Huitième sur la grille inversée, je me suis retrouvé en tête après avoir pris les bonnes options dans les premiers tours. La course était difficile, car il faisait très chaud dans la voiture. Pechito n’était pas loin derrière et il fallait donc que j’attaque pour me mettre à l’abri de son retour. »

Au classement du Championnat du Monde ‘Pilotes’, José María López et Sébastien Loeb sont au coude à coude, avec 48 points pour l’Argentin et 43 pour le Français. Quatrième, Yvan Muller compte vingt unités de retard sur le leader, la faute à un résultat vierge dans la course 2. À Marrakech, le quadruple Champion du Monde devra de surcroit composer avec une pénalité de cinq places sur la grille de la course 1.

Qualifié en Q3 et en position de remporter la course 2 avant de partir en glisse sur une trainée d’huile non signalée, Ma Qing Hua a lui aussi débuté la saison avec un très haut niveau de performance. Sixième du Championnat du Monde avec 16 points, le Chinois n’a qu’une ambition : retrouver le chemin du podium, si possible sur la plus haute marche !

UN DÉFI À PART ENTIÈRE

Pour jauger la difficulté du Circuit Moulay El Hassan, il ne faut surtout pas s’arrêter à son tracé, essentiellement composé de longues lignes droites entrecoupées de chicanes. A quelques kilomètres de la Medina, l’avenue Mohammed VI et la route de l’Ourika sont temporairement utilisées pour constituer les 4,545 km du tracé. Le grip évolue donc tout au long du week-end, au fil du dépôt de gomme sur la trajectoire. Vendredi, pour les premiers essais libres, les concurrents devront composer avec un revêtement particulièrement glissant.

Synonymes de longues lignes droites, les freinages appuyés constituent la grande difficulté du tracé. Les pilotes doivent prendre les bons repères pour optimiser chaque ralentissement… sans se faire surprendre par leurs poursuivants. Ne pas freiner trop tôt, ni trop tard, car ce circuit ne dispose d’aucun dégagement. La moindre erreur se paie cash, avec un contact contre les murs de protection en béton et de gros dégâts à la clé !

« Comme souvent, les qualifications auront un rôle essentiel dans le déroulement du week-end. La pole position devrait se jouer à quelques centièmes », résume José María López. « Comme nos voitures sont identiques, il est très difficile de se dépasser entre équipiers à la régulière. Plus que sur n’importe quel autre circuit, une bonne place sur la grille assurera une grande partie du résultat de la course 1. Pour la deuxième manche, avec la grille inversée, ce sera place à l’improvisation ! »

BENNANI EN HÉROS

La véritable certitude quant à cette deuxième manche de la saison concerne le vainqueur à l’applaudimètre. Au volant de sa Citroën C-Elysée WTCC préparée par Sébastien Loeb Racing, Mehdi Bennani sera le favori du public. Convaincant en Argentine, avec une cinquième place en course 2, le Marocain visera beaucoup plus haut sur ses terres ! Un podium, voire une victoire, figurent parmi les objectifs du pilote de Casablanca.

Le meeting débutera vendredi, avec une première séance d’essais libres à 12h00. Le samedi matin sera dense, avec deux sessions à 8h15 et 10h15, puis les qualifications à partir de 12h30. Dimanche, les deux courses se disputeront en fin de journée à 16h15 et 17h30. Le fuseau horaire du Marco est fixé sur GMT+1, soit une heure de moins qu’en France.